Il faut se souvenir que le 1er concerné par le contenu est votre internaute. Rédigez toujours en pensant à votre internaute. Si votre contenu plaît à vos visiteurs, il plaira également à Google.

Que votre site ait été créé par une agence ou à travers un logiciel de création de sites web vous devriez pouvoir appliquer les conseils suivants sans faire appel à un intervenant externe.

1. Ajouter un titre unique, intégrant votre mot clé

Google est le plus grand libraire de la planète. Il doit scanner tous les jours des millions de contenus pour ensuite pouvoir les classer au bon endroit dans sa librairie, et ainsi les proposer à tous les internautes qui lui poseront une question.

Son seul et unique objectif est donc de comprendre de quoi parle votre contenu.

La première chose que Google va lire c’est le titre de votre livre, ce qui correspond pour un contenu web au titre de votre page. Techniquement appelé la balise title d’une page.

Le title doit :

  • Intégrer votre mot clé
  • Être unique. C’est à dire ne pas se répéter sur votre site
  • Contenir de 50 à 70 caractères maximum, espace compris

Exemple de code HTML

2. Soigner la structure du contenu avec les Hn

Après la lecture du titre de votre page, Google va essayer d’étayer la compréhension de votre sujet en interprétant l’index de votre contenu. Comme l’index d’un livre, votre article ou contenu de page doit être structuré de la façon suivante :

Titre principal, techniquement nommé le H1
Il doit y en avoir qu’un seul par page et celui-ci doit intégrer votre mot clé.

Titre secondaire, techniquement nommé le H2
Il doit intégrer des mots clés en lien direct avec le champ lexical de votre mot clé.

On retrouvera ensuite les H3 et H4. Google se focusera principalement sur la lecture du H1 et des H2. Faites attention à respecter l’ordre et ne pas faire de saut de titre.

Structure logique :

  • H1 : Titre de l’article
  • H2 : Sous-titre de l’article
  • H3 : Sous-titre du sous-titre
  • H2 : Sous-titre de l’article
  • H3 : Sous-titre du sous-titre

Voici une structure erronée avec un saut de titre :

  • H1 : Titre de l’article
  • H3 : Sous-titre du sous-titre
  • H2 : Sous-titre de l’article

3. Ajouter des liens sortants de qualité

Si votre article traite d’une recette de tarte aux fraises et que google découvre un lien pointant vers un article sur “comment démonter un pneu en 5 minutes”, la sanction sera sévère. En effet, il détectera un manque de cohérence évident et ne référencera pas votre contenu.

A savoir également. Pour Google, vos amis (vos liens) vous définissent. Il est donc conseillé de créer des liens vers des sites de qualités.

4. Générer des liens entrants vers votre contenu

Certainement l’action la plus compliquée mais la plus porteuse. Google essaye depuis toujours de se rapprocher du monde physique. Voilà comment:

Pour reprendre le parallèle sur les livre, dans une librairie, les livres qui sont en tête de gondole ont généralement :

  • gagné un prix,
  • eu une bonne critique,
  • sont passé à la télé,
  • profitent d’une préface signée par une personne reconnue.

C’est exactement la démarche que Google tente de reproduire sur votre site. Si votre article est référencé sur des sites d’autorité ou cité par des influents, Google lui accordera tout de suite une place de choix dans les résultats de son moteur de recherche.

Pour reprendre l’article sur la tarte au fraise, si Paul Bocuse ou encore Thierry Marx, indiquent sur leur blog que vous avez une recette de tarte au fraise des plus fameuse en ajoutant un lien qui pointe vers votre site, il y a de très grandes chances que vous apparaissiez sur la première page de Google dans les semaines qui suivent.

5. Densité et champ lexical dans votre contenu

A ce stade de l’article vous trouverez cela évident. Google va également scanner votre contenu texte et compter le nombre d’occurrence des principaux mots clés utilisés.

Aidez-le en enrichissant votre champ lexical mais aussi en travaillant la sémantique. La mise en gras de vos principaux mots clés est également un signal qu’il faut exploiter au mieux et avec parcimonie.

6. Générer des clics sur votre contenu

Un internaute qui clique sur un lien dans votre contenu est un bon signe pour Google. C’est en effet comme tourner la page d’un livre. On ne passe pas à la seconde page si la première ne nous a pas convaincu.

Plus vos internautes cliqueront et s’attarderont sur votre site, mieux Google vous considérera.

Votre but est donc d’amener votre internaute à lire un second contenu. Comme disait notre prof de français, ouvrez une nouvelle problématique en fin d’article.

7. Aider google à vous identifier rapidement votre contenu

Nous le disions plus haut, Google a des millions de pages à analyser chaque jour. Pour être référencé par google, votre contenu doit préalablement être étudié par Google.

La technique est simple mais très efficace. Après chacune de vos publications, déclarez votre nouveau contenu dans Google Search Console. Votre contenu sera identifié bien plus rapidement par Google.

8. Bonus

En complément de ces 7 point précédents, la vitesse de chargement de d’un site Internet est un critère très important. Plus votre site sera lent, plus l’internaute risque d’être frustré et de repartir, et plus Google risque de vous pénaliser.

A vous de jouer !

Voici une liste d’outils gratuits qui peut vous aider :

Web developper : est une extension que vous pourrez installer sur Chrome ou Firefox pour analyser la structure de vos pages.

Screaming Frog : gratuit jusqu’à 500 pages. Il va recenser vos titles et meta descriptions. De quoi analyser votre site et apporter les optimisations nécessaires.

'